Iles Vesteralen : Safari balaines…

Iles Vesteralen : Safari balaines…

Voici le récit de notre excursion pour aller voir les baleines sur les îles Vesterålen:

Nous sommes le 11 septembre et nous quittons les Lofoten où nous avons passé 4 semaines magiques en famille. Je vous recommande vivement de vous perdre dans ces îles. Les gens, paysages, histoires locales, faune, et flore sont inoubliables. Ce tronçon de vie restera graver dans notre mémoire collective (en tout cas dans la mienne). Notre camping car se dirige donc, vers l’archipel des Vesterålen pour l’île d’Andoya, et plus précisément pour le village d’Andenes.

Aurore et moi avons décidé de faire une surprise aux enfants, et de ne pas respecter notre itinéraire et budget, pour expérimenter un safari photo. Safari qui nous permettrait de voir et étudier les baleines, et autres mammifères marins, très présents dans les eaux d’Andenes et de Bleik.

Notre périple dans les Lofoten nous a appris qu’il faut savoir saisir les opportunités quand elles se présentent ; et admirer ces cétacés, en est une. Cela serait idiot d’être tout près de cet endroit unique, pour admirer les plus gros animaux de la planète ; et de ne pas y aller, sous prétexte que c’est onéreux, loin, et hors « timing » ! Nous sommes partis en famille pour vivre des expériences et ressentir des émotions fortes. Alors plus de calendrier, plus de planification, plus de petit cochon rose (tirelire). Vivons vraiment le moment présent tel qu’il se présente à nous.

ACCEPTONS !!! Soyons SLOW LIFE ! YES !!! AVANTI !!!

Je téléphone, je réserve le safari, et je roule. Et nous voilà arrivé à Andenes le 12 septembre, village le plus septentrional des Vesterålen. Notre sortie en mer est prévue pour le 13 septembre (si le temps le permet). Car ici, c’est la mer qui édicte sa loi. Nous sommes bien loin des zoos et parcs animaliers. On explique aux enfants qu’il est possible qu’on ne voie ni baleine ni oiseaux. Que c’est la nature et le hasard qui décideront si oui ou non nous verrons des cachalots. Ils comprennent et nous nous couchons plus tôt pour être en forme le lendemain matin.

Après 4km de vélo matinaux, nous arrivons à la réception de Sea Safari Andenes. Le temps est au beau fixe. Peu de vent et du soleil. La sortie en mer devrait bien se passer. Lill et Marten, le capitaine et le scientifique du bateau nous donnent les instructions de sécurité et nous informent sur le comportement des cachalots et/ou baleines que nous risquons de croiser sur notre chemin. Ensuite nous partons nous emmitoufler dans les combinaisons intégrales prêtées pour l’occasion (voir photos). Nous sommes prêts.

Notre bateau a une coque semi-rigide comme les zodiaques d’interventions rapides des forces spéciales. Ce qui nous permet d’être plus prêt de l’eau, d’être beaucoup plus rapide, et d’atténuer, si besoin, le mal de mer. Les enfants sont aux anges.

 

En chemin, Lill nous familiarise avec l’hydrophone, instrument servant à écouter le son des cachalots dans l’eau. Nous apprenons que les cachalots sont les mammifères les plus bruyants au monde. Leur cri est plus puissant en terme de décibels que le son d’un avion à réaction au décollage. C’est aussi un animal mythique qui a suscité de nombreux contes et histoires fantastiques. Tel que Moby Dick. Le cachalot est la plus grosse baleine à dents au monde. Cela en fait le plus grand carnivore de la planète. Il mange essentiellement des poulpes, calmars géants et des poissons en eau profonde. Il fut chassé pour son huile qui permettait, au 18eme et 19eme siècle, d’allumer les réverbères des grandes villes telles que Paris et Londres.

Le grand cachalot possède une gamme étendue de vocalisations dont celle en cliquetis, qui est le son le plus puissant émis par un animal. Bien qu’il chasse généralement entre 300 et 1.000 mètres de profondeur, certaines de ses plongées peuvent atteindre 3.000 à 3.500 mètres, lors desquelles le cétacé peut rester en apnée pendant 90 minutes. Sa vitesse moyenne est de 8 km/h mais il peut pousser des pointes de vitesse atteignant 30 km/h. Lorsqu’il plonge à la recherche de nourriture, on dit qu’il « sonde ». L’animal présente de nombreuses adaptations lui permettant de faire face à la pression lors des plongées à grande profondeur. Entre deux plongées, il remonte à la surface environ 8 minutes pour respirer. Le jet alors projeté par l’évent est capable d’atteindre 15 mètres de hauteur

Son corps est grisâtre et sa tête dont la forme est parallélépipédique, représente un tiers de la masse corporelle. Elle peut peser jusqu’à 16 tonnes. C’est la plus grosse tête du royaume animal. L’évent est placé très près de l’extrémité de la tête et légèrement sur la gauche, ce qui donne au souffle de l’animal un angle de pulvérisation caractéristique et unique chez les cétacés. Le grand cachalot ne possède pas de nageoire dorsale mais une série de crêtes le long du tiers postérieur du dos. La plus grande d’entre elle ressemblant à une bosse triangulaire peut être confondue avec un aileron. Les nageoires pectorales sont minuscules au regard de la taille de l’animal, tandis que sa queue, épaisse et puissante qui peut développer quatre mètres d’envergure, est triangulaire et fendue. Contrairement aux autres cétacés, la peau n’est pas lisse mais rugueuse et ridée comme celle d’un pruneau. Les dents sont coniques et peuvent atteindre 20 centimètres pour un poids d’un kilogramme.

 

On trouve le grand cachalot dans toutes les mers et océans du globe, même en Méditerranée, mais il a une prédilection pour les eaux libres de plus de 1.000 mètres de profondeur. Il évolue plus volontiers dans les eaux équatoriales ou tropicales. Les femelles et les jeunes ne remontent jamais au-delà des 50e parallèles Nord et Sud, pour rester dans des eaux chaudes, tandis que les mâles remontent dans les mers polaires arctiques ou descendent vers l’Antarctique jusqu’au 75e parallèle. Un mâle évoluant d’un côté ou de l’autre de l’équateur, ne franchira jamais cette ligne pour changer d’hémisphère. Les grandes migrations ne semblent concerner que les mâles qui quittent les zones polaires pour rejoindre les femelles à la saison de reproduction.

Donc, les cachalots que nous avons vus, sont des vieux mâles qui sont présents dans la région d’Andenes grâce au canyon sous marin qui se trouve au large de Bleik. Ce canyon ou abysse est un véritable réservoir de nourritures pour ces mastodontes marins. Ce type de géologie est assez rare car généralement les failles marines se trouvent assez loin des côtes. Mais ici elle ne se trouve qu’à une dizaine de km.

C’est donc grâce à ce relief particulier que nous avons pu admirer 4 grands cachalots. Nous avons vraiment adoré cette expérience et cela nous a donné l’envie de vous la faire partager.

Matisse & Mathieu

Baleines et dauphins que l’on peut observer sur l’île d’Andoya

Comments

2 Comments
  1. posted by
    Carla
    Oct 21, 2018 Reply

    Coucou, vos photos sont superbes! Bon courage pour la suite de votre voyage!
    Romane : j’attends avec impatience ta nouvelle vidéo.
    Gros bisous
    Carla

    • Agathe
      posted by
      Agathe
      Oct 24, 2018 Reply

      Coucou,

      Merci Carla. Nous avions adoré ce moment avec les baleines. Je te tiens au courant dès que je termine ma prochaine video. Des gros bisous.

      Romane

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *